Tunisie

Complications du diabète sucré

La rétinopathie diabétique est la principale cause de cécité et de troubles visuels. Le diabète sucré provoque, au niveau des capillaires de la rétine, des lésions qui entraînent une baisse de l'acuité visuelle. Des observations, répétées d'une étude à l'autre, conduisent à penser que, après un diabète de 15 ans, environ 2 % des malades perdent la vue et environ 10 % sont affectés d'un grave handicap visuel. La baisse de l'acuité visuelle attribuable à certains types de glaucome et de cataracte pourrait également être plus fréquente chez les diabétiques.

Une bonne régulation métabolique permet de retarder l'apparition et l'évolution de la rétinopathie diabétique. On peut éviter la baisse de l'acuité visuelle et la cécité chez les diabétiques grâce à un dépistage et à un traitement précoces de cette pathologie : il s'agit en particulier de procéder à des examens ophtalmologiques réguliers et d'intervenir en temps utile soit au moyen d'un laser, soit chirurgicalement en cas de rétinopathie avancée. On peut constater que, même dans les pays développés, une proportion importante des personnes nécessitant des soins ne les reçoivent pas par suite d'un manque d'information du public et des milieux professionnels. Dans les pays en développement où, pour nombre d'entre eux, le diabète est devenu courant, ces soins restent inaccessibles à la majorité de la population.

Le diabète figure parmi les principales causes d'insuffisance rénale, mais sa fréquence varie d'une population à l'autre. Elle est également liée à la gravité et à la durée de la maladie. Il existe un certain nombre de mesures qui permettent de ralentir l'évolution des lésions rénales. Elles consistent à combattre l'hyperglycémie et l'hypertension, à prescrire des médicaments à un stade précoce des lésions et à restreindre l'apport alimentaire de protéines. Le dépistage et un diagnostic précoces des néphropathies d'origine diabétique constituent d'importants moyens de prévention.

Les cardiopathies sont responsables d'environ 50 % des décès chez les diabétiques dans les pays industrialisés. Parmi les facteurs de risque chez le diabétique, on peut citer le tabagisme, l'hypertension, l'hypercholestérolémie et l'obésité. Le diabète supprime la protection contre les affections cardiaques dont jouissent les femmes pré ménopausées non diabétiques. Le dépistage et la prise en charge de ces pathologies peuvent permettre de retarder ou de prévenir les cardiopathies chez les diabétiques.

Les neuropathies diabétiques sont probablement les complications les plus courantes du diabète. Selon certains travaux, jusqu'à 50 % des diabétiques en souffrent à des degrés divers. La gravité et la durée de l'hyperglycémie en constituent les principaux facteurs de risque. Elles peuvent conduire à une perte de la sensibilité et à des lésions des membres. Elles sont également une cause importante d'impuissance chez les hommes.

Le pied diabétique apparaît à la suite d'une évolution pathologique au niveau des nerfs et des vaisseaux. Il évolue fréquemment vers l'ulcération et doit souvent être amputé. C'est l'une des complications les plus coûteuses du diabète, en particulier dans les communautés où les gens sont mal chaussés. Le diabète est la cause la plus fréquente d'amputation chirurgicale des membres inférieurs, intervention que l'on peut éviter en examinant et en soignant régulièrement les pieds.